argutie

argutie [ argysi ] n. f.
• v. 1520; lat. argutia
(En génér. au plur.) Raisonnement pointilleux, subtilité de langage. chicane, finesse, subtilité. « Ils s'amusent et s'attardent dans la dialectique, les arguties et le paradoxe » (Taine).

argutie nom féminin (latin argutiae, loquacité, subtilité) Subtilité de langage, raison spécieuse qui dissimule l'absence réelle d'arguments sérieux (surtout pluriel). ● argutie (synonymes) nom féminin (latin argutiae, loquacité, subtilité) Subtilité de langage, raison spécieuse qui dissimule l'absence réelle d'arguments...
Synonymes :
- finasserie (familier)

argutie
n. f. (Généralement Plur.) Péjor. Raisonnement subtil et vainement minutieux.

⇒ARGUTIE, subst. fém.
A.— Rare Raisonnement ingénieux, subtil :
1. Tortillé et précieux, doctoral et complexe, Hello, par les pénétrantes arguties de son analyse, rappelait à Des Esseintes les études fouillées et pointues de quelques-uns des psychologues incrédules du précédent et du présent siècle.
HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 205.
SYNT. Arguties des docteurs; arguties logiques.
B.— Péj. (souvent au plur.). Subtilité excessive d'argumentation dont on use pour pallier la faiblesse, le vide ou la fausseté de la pensée :
2. Je me croyais un grand observateur parce que je réfléchissais beaucoup. Les arguties de mes analyses m'en cachaient la fausseté.
P. BOURGET, Le Disciple, 1889, p. 203.
SYNT. Se perdre en arguties, être rompu aux arguties; tourner, s'enfoncer dans les arguties, être noyé dans l'argutie; se rendre coupable d'argutie.
En partic.
1. Argumentation spécieuse pour abuser d'autrui. Arguties de mauvaise foi, de mauvaise volonté; insipides, vaines arguties :
3. — Mais enfin, monsieur le marquis, reprit Hafner avec une visible souffrance, tant les arguties et la mauvaise volonté du gentilhomme irritaient en lui le sens de l'arrangement pratique et facile, où voulez-vous en venir?
P. BOURGET, Cosmopolis, 1893, p. 262.
4. Aucune argutie ne pouvait, en effet, dissimuler aux officiers et aux soldats qui prenaient position sur la « dorsale » de Tunisie qu'ils faisaient, à présent, exactement la même chose que leurs camarades engagés en Libye et au Fezzan.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1956, p. 58.
2. Subtilité de pure forme, marquant le vide de la pensée. Arguties de mots :
5. Une action indigente ou forcée, des personnages abstraits comme des arguments de rhétorique, ou insipides comme une conversation de femmes du monde. Une caricature des sujets et des héros antiques. Un étalage de raison, de raisons, d'arguties, de psychologie, d'archéologie démodée. Des discours, des discours, des discours : l'éternel bavardage français.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 715.
Loc. Trêve d'arguties! Expression de l'impatience plus ou moins irritée, mettant un terme aux subtilités d'autrui ou de soi-même.
Rem. On rencontre dans la docum. 2 néol. d'aut. a) Argutial, ale, aux, adj. (1885, LAFORGUE, Les Complaintes, p. 198; suff. -al). Ambigu, subtil. b) Argutier, verbe trans. (1863, E. et J. DE GONCOURT, Journal, p. 1257; dés. -er). Raisonner avec une subtilité exagérée, raisonner sur des riens. Il gronde, il gronde, il argutie (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1869, p. 500). ,,Zola demande un exemple d'homme spirituel. Daudet lui cite Rochefort : « Merci! vous l'avez entendu, c'est lui qui a dit l'autre jour que Toché était un journaliste de talent! — Voyons, lui disons-nous, ça, c'est une faute de jugement, ça n'a rien à voir avec l'esprit! » Et après une conversation où il argutie sur l'esprit parlé, sur l'esprit écrit, il finit par dire : « Non, l'esprit, je ne sais pas ce que c'est : je cherche et je ne trouve pas... (...) ».`` (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1881, p. 102).
PRONONC. :[]. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 300 note que -tie se prononce [s] dans argutie, canitie, minutie, presbytie, etc. (cf. aussi acrobatie). Pour FÉR. 1768, le mot compte 4 syllabes : arguci-e (cf. aussi GATTEL 1841). LITTRÉ rappelle : ,,on disait aussi, dans le XVIe s., arguce, qui était la forme véritablement française; argutia avec l'accent sur gu donnant arguce, qui doit être plus ancien que le XVIe s. bien que l'on n'en ait point d'exemple``.
ÉTYMOL. ET HIST. — Ca 1520 « raisonnement pointilleux, subtilité de langage » (COLIN BUCHER, Poésies, 218, [Denais] ds QUEM. : J'ay meilleur entendre Que tu n'as pas en l'art de rhétorique, Plus digne esprit, plus nette théorique, Plus d'argutie, et myeulx de quoy m'estendre).
Empr. au lat. argutiae dep. PLAUTE, Bacch. 127 ds TLL s.v., 555, 50 au sens de « vivacité dans la parole, loquacité »; d'où subtilité (en bonne part), CICÉRON, Orat. 100, ibid., 556, 7.
STAT. — Fréq. abs. littér. : Argutie. 44. Argutiales. 1.
BBG. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — PAMART (P.). Laforgue et les mots. Vie Lang. 1971, p. 186. — RAT (M.). Les Deux verbes arguer. Déf. Lang. fr. 1968, n° 42, p. 12.

argutie [aʀgysi] n. f.
ÉTYM. 1520; lat. argutia.
1 Vx. Raisonnement ingénieux, très subtil.
2 Péj. Argument exagérément subtil, en général destiné à empêcher une décision d'intervenir. Chicane, subtilité. || Se perdre en arguties : abuser, volontairement ou non, de subtilités de langage qui masquent la faiblesse d'un raisonnement. || Trève d'arguties !
REM. Argutie ne s'emploie généralement qu'au pluriel.
1 Ils sont sophistes autant que philosophes (…) une subtile distinction, une longue analyse raffinée, un argument captieux et difficile à débrouiller, les attire et les retient. Ils s'amusent et s'attardent dans la dialectique, les arguties et le paradoxe.
Taine, Philosophie de l'art, IV, I, 4.
2 Que m'importent les controverses et les arguties des docteurs ?
Gide, Journal, Numquid et tu, 1916-1919, p. 587.
Subtilité portant sur l'expression.
3 L'unité, la distinction ininterrompue d'avec la prose, sont indispensables à la réussite de l'œuvre, lui confèrent sa dignité de poème; à quoi ne suffisent point des instants inspirés. Ce n'est pas une argutie, c'est une esthétique. Celle que les raciniens avaient opposée à Corneille.
Malraux, l'Homme précaire et la Littérature, p. 89.
DÉR. Argutieux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • arguţie — ARGUŢÍE s.f., (livr.) Argumentare sofistică bazată pe fapte nesemnificative sau nesigure; subtilitate exagerată în argumentare. – Din fr. argutie, lat. argutia. Trimis de baron, 07.09.2008. Sursa: DEX 98  arguţíe s. f., art. arguţía, g. d. art.… …   Dicționar Român

  • argutie — ARGUTIE. s. fém. (On prononce Argucie.) Raisonnement pointilleux, vaine subtilité. Il y a plus d arguties dans ce discours que de raisonnemens solides. Ce sont là des arguties scolastiques …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • argutie — Argutie. s. f. Raisonnement pointilleux, vaine subtilité. Il y a plus d arguties dans ce discours que de raisons solides …   Dictionnaire de l'Académie française

  • argutie — (ar gu sie) s. f. Raisonnement sur des vétilles, subtilité. HISTORIQUE    XVIe s. •   Voyans qu ils ne pouvoient egaler la majesté de Virgile, se sont tournez à l enflure, et à je ne scay quelle poincte et argutie monstrueuse, RONS. 584.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ARGUTIE — s. f. (On prononce Argucie.) Raisonnement pointilleux, vaine subtilité. Il y a plus d arguties dans ce discours que de raisonnements solides. Ce sont là des arguties, de vaines arguties. Des arguties scolastiques …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ARGUTIE — n. f. Raisonnement pointilleux, vaine subtilité. Il y a plus d’arguties dans ce discours que de raisonnements solides. Ce sont là des arguties, de vaines arguties. Des arguties scolastiques. Vous avez beau user d’arguties, vous ne me convaincrez… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • gutie — argutie …   Dictionnaire des rimes

  • chicane — [ ʃikan ] n. f. • 1582; de chicaner 1 ♦ Difficulté, incident dans un procès, sur un point de détail, pour embrouiller l affaire. ⇒ avocasserie. Péj. La procédure. Gens de chicane : ceux qui s occupent de procédure : avoués, agréés, huissiers et… …   Encyclopédie Universelle

  • subtilité — [ syptilite ] n. f. • subtiliteit 1190 ; réfect. de soutilleté, sutilitet v. 1119; lat. subtilitas, de subtilis → subtil A ♦ La subtilité. 1 ♦ (Abstrait) Caractère d une personne subtile; aptitude à penser, à parler ou à agir avec finesse et… …   Encyclopédie Universelle

  • argutieux — ⇒ARGUTIEUX, EUSE, adj. Dont les raisonnements sont entachés d argutie. A. [En parlant d une pers., de son tour d esprit] : • 1. Il [Erdan] s est montré causeur, fin, délicat, ténu, argutieux presque et parlant des choses avec le tour d une pensée …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.